QUAND L’ANNONCER ?

Annoncer sa grossesse est une affaire délicate. C’est un événement important qui va bouleverser votre existence et celle de vos proches.

 

Considérons le cas heureusement le plus fréquent où l’annonce de l’arrivée imminente d’un bébé sera une source de grande joie mâtinée d’un soupçon d’inquiétude bien légitime.

240770_320587424705117_1559400386_o

Le langage des signes
Il faut d’abord savoir décrypter « les signes qui ne trompent pas ».
Sans entrer dans les détails, citons les retards de règles, le gonflement des seins, des envies et des dégoûts alimentaires soudains, des nausées matinales, une sensation fréquente de grosse fatigue
Ces marques sont très nombreuses et très variables d’une personne à l’autre.

3 mois c’est long
Une fois que le test de grossesse, sanguin ou urinaire, a rendu son verdict, vous passez un cap décisif. Il faut savoir que les risques de fausses couches sont assez élevés au cours du premier trimestre.
Certains conseillent donc d’attendre ce délai de trois mois avant de le faire savoir. Mais il est difficile de garder ce secret.

Annonce à l’aîné
L’aîné des enfants est sans doute la personne la plus concernée par l’apparition du nouveau-né. S’il est un enfant unique, l’événement va occasionner un changement radical et marquant dans son existence.
Il faut soigner ce moment de l’annonce avec son premier enfant quelque soit son âge.

Annonce à l’employeur
Aucun texte n’oblige à annoncer sa grossesse à son employeur. Cependant pour des raisons d’organisation ou de sécurité il convient de l’informer assez tôt.
Il devra en tout état de cause être prévenu avant le départ en congé maternité, pour préparer un pot de départ (sans alcool) par exemple !

Les commentaires sont fermés